La relation de Mgr Sloskans avec Dieu

Nous ne pourrions comprendre ce qu’est Mgr Sloskans si nous ne découvrions à quel point sa vie spirituelle était enracinée dans sa relation avec Dieu. C’est ce que manifestent ses enseignements et les conseils qu’il donna. Des témoins racontent que, lorsqu’il était Père spirituel du séminaire de Riga, il enseignait ce que sont les relations vivantes avec Dieu. On retrouve un enseignement semblable après la guerre, à Louvain, en Belgique.

Il parlait volontiers du Dieu-Amour : Dieu qui est Amour appelle les hommes à l’amour. C’est ce que Mgr Sloskans mit tout particulièrement en évidence dans la préface de la traduction en langue lettonne de l’Histoire d’une âme : « Gloire et louange éternelle à toi, Dieu d’Amour, qui a mis en l’homme non seulement une âme immortelle, mais aussi un cœur vivant et fait pour aimer, en lui donnant le premier et le plus grand commandement : Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur ! ». Dans cette préface, le mot « cœur » est souvent employé. En deux pages, Mgr Sloskans essaie de caractériser, d’une manière très humaine et très délicate, ce qu’est le cœur d’une mère, d’un père, d’un jeune ou d’une femme adulte. Cette approche qui intègre les sentiments ne reflète pas un sentimentalisme mièvre, mais une spiritualité très humaine.

Pour Mgr Sloskans, la vocation de l’homme à l’amour fut une vocation à une communion profonde avec Dieu, et donc, une vocation à la prière, puisque la prière permet de vivre cette communion avec plus d’intensité. Mgr Sloskans était lui-même un homme de prière remarquable. À l’abbaye du Mont-César, il commençait sa journée à 5 heures du matin avec la prière, la méditation et l’Eucharistie. Pendant la journée il allait souvent à la chapelle pour y rester plusieurs heures en prière. À la fin de sa vie, il priait en permanence.

Essayons d’entrer quelque peu dans le mystère de cette prière.

 

FaLang translation system by Faboba