Prêtre de Jésus, enfant de Marie et disciple de Thérèse

Les aspects de la personnalité de Mgr Sloskans mis en évidence jusqu’ici manifestent sa grande ressemblance avec Jésus « doux et humble de cœur », Grand-Prêtre fidèle et compatissant, bon Pasteur qui donne sa vie pour ses brebis. Mais sa figure spirituelle était aussi mariale. Nous avons déjà montré comment, pendant ses années de captivité, Mgr Sloskans a grandi dans son amour de Marie et dans la confiance à son égard. Il resta fidèle à cet amour pendant toute sa vie. C’est ce que manifeste tout particulièrement l’importance qu’il accordait à la prière quotidienne du rosaire.

La dimension mariale de Mgr Sloskans est à mettre en relation avec son amour pour sainte Thérèse de l’Enfant Jésus. Nous avons déjà raconté comment il l’a découverte en 1931, à Touroukhansk. En 1933, comme nous l’avons vu, il témoigna que sainte Thérèse lui avait donné de suivre, toute sa vie, « sa voie royale de l’enfance spirituelle ». En Belgique, il fit traduire en letton l’Histoire d’une âme et veilla à la diffusion de ce livre. Dans la préface, il explique que cet ouvrage a conduit de nombreux lecteurs « à un examen de conscience sérieux et décisif, à une réévaluation des valeurs spirituelles selon les principes contenus et explicités, dans ce livre, avec une clarté cristalline ».

On ne peut douter que la grande confiance, la simplicité souriante, la grande humilité et l’amour héroïque de Mgr Sloskans manifestent les traits thérésiens de sa personnalité. Il mourut dans l’oubli, en ayant aimé Jésus et les hommes jusqu’au bout. Il donna sa vie pour l’Église, comme sainte Thérèse dont la vocation était d’être l’Amour dans le cœur de l’Église et qui voulut être martyr depuis sa jeunesse.

 

FaLang translation system by Faboba