Une âme de prêtre

Durant cette période, son âme devint tout particulièrement sacerdotale. Au séminaire, le jeune Boleslas avait déjà une si haute idée du sacerdoce qu’il ne s’en sentait pas digne. Quand il fut ordonné évêque, il choisit comme devise : Hostia pro fratribus (« Offrande pour les frères »). Cette devise tellement sacerdotale prit tout son sens quand Mgr Sloskans fut emprisonné pour la seule raison qu’il était le pasteur des diocèses de Moghilev et de Minsk. Pendant les trois dernières années passées en captivité, les autorités voulurent extorquer de Mgr Sloskans un aveu d’espionnage. Il répondit chaque fois : « Tout en sachant bien que je suis innocent, vous voulez me tuer comme espion, mais je veux mourir comme martyr de la sainte Église »[1]. En captivité, son âme sacerdotale se manifesta aussi par son amour de l’Eucharistie. La Sainte Messe lui était si importante qu’il la célébra dans les circonstances les plus difficiles et les plus périlleuses. Il confia plus tard à Mgr H.-M. Janssen que les jours les plus durs furent ceux où il ne pouvait célébrer l’Eucharistie.



[1] Témoignage rapporté par le Père Werenfried Van Straaten (Bulletin de l’AED, juillet 1981).

 

FaLang translation system by Faboba